Déroulement d'une consultation


    


    Les consultations durent entre 45 min et 1 heure. 

    Elles commencent par un interrogatoire sur le motif de la consultation et les antécédents médicaux, chirurgicaux, traumatiques du patient.

    La consultation se poursuit en sous vêtements par des tests :
- Tests afin de diagnostiquer l'origine de la douleur, le tissus atteint. Après cette phase de test l'ostéopathe déterminera s'il peut prendre en charge le patient, s'il doit faire des examens complémentaires ou s'il le réfère à un spécialiste.
 - Tests ostéopathiques :  recherche des différentes zones du corps qui sont en restriction de mobilité.

   Une fois le diagnostic posé et le plan de traitement établi, l'ostéopathe traitera son patient à l'aide de différentes techniques :
  • Technique structurelle :
Techniques articulaires : ces techniques agissent sur les articulations, les muscles, le système capsulo-ligamentaire. L'ostéopathe mobilise l'articulation de façon répétée pour ainsi gagner doucement des degrés de mobilité.
Technique HVBA (Haute Vélocité Basse Amplitude): ces techniques agissent sur les articulations. L'ostéopathe corrige par sa manipulation une articulation en restriction de mobilité. Cette technique peut s'accompagner d'un bruit de craquement. 
Technique musculaire : ce sont des techniques où l'on demande des contractions musculaires au patient afin de travailler sur une articulation.
Technique faciale : technique agissant sur les fascias qui sont des tissus présents dans tout le corps. Ce sont des techniques douces pour le patient, de très faible amplitude. 

  • Technique viscérale :
Ces techniques agissent sur les différents systèmes du corps : cardiaque, pulmonaire, digestif, urinaire, gynécologique.
L'ostéopathe va agir sur la mobilité de l'organe en travaillant sur ses attaches fasciales, ligamentaires et musculaires.

  • Technique cranio-sacrée :
Le crâne et le sacrum sont reliés par l'intermédiaire de la dure-mère.
Ces techniques permettent d'agir sur les tensions musculaires ou ligamentaires pouvant exister au niveau de la mâchoire, de la bouche, des yeux...

    Le choix des techniques se fera en fonction du ressenti du praticien, du patient et de ses antécédents médicaux.